Un retour à Mezhyhirye

Mezhyhirye, ancienne résidence légendaire du Président Ianoukovitch. 127 hectares situés à une vingtaine de kilomètres de Kyiv. Après la fugue du chef de l’État, ce complexe de luxurieux bâtiments, d’infrastructures sportives, de parcs immenses a été nationalisé par le Parlement. Son statut juridique reste cependant incertain. À ce jour, aucun inventaire des lieux et des objets n’a été réalisé. Aucun financement public n’est versé. Le gaz a été récemment coupé. L’entretien des bâtiments et des parcs se fait, du coup, avec l’argent collecté grâce à la ventre des tickets d’entrée (20 hryvnya, soit près de 1 euro) ou encore grâce à des visites guidées (200 hryvnya). La vie du complexe tient aussi à des initiatives très privées. Initiatives des populations locales ou des déplacés internes, qui ayant fui la guerre du Donbass, sont venus s’installer ici à l’été. Mais aussi initiatives des anciens permanents du Maïdan tels que Petro Oliïnyk. C’est lui qui nous fait en ce dimanche 23 novembrela visite de « Khonka », ce grand « chalet » en bois présidentiel.

image8

Petro est rentré dans ces locaux dès l’annonce, le 22 février, de la fuite du maître des lieux. Il est l’un des derniers à rester sur place. Il se sent investi d’une grande mission. D’abord préserver les lieux des pillages. Dans la tourmente postrévolutionnaire, des groupes de l’Autodéfense mal identifiés, en charge de la sécurité du site, ont fait main basse sur des voitures de luxe et d’autres objets de valeur du complexe présidentiel. D’après Petro, il a quand même réussi à cacher quelques objets et donc à les sauver des mains de pilleurs.

 

image3image4image2

Faire découvrir au public l’opulence présidentielle est une autre mission de Petro. C’est lui qui avait élaboré le trajet de la visite. On rentre d’abord dans le complexe sportif avec un terrain de tennis et un ring de box. On s’arrête aussi au jardin d’hiver avec un lion empaillé. On visite également le spa présidentiel. On emprunte ensuite un passage sous-terrain pour se rendre dans le bâtiment principal. Un grand hall avec des armures de chevalier de style à la fois très européen et médiéval. Une salle de cinéma, une salle à manger avec une cheminée. Partout des meubles de fabrication artisanale. Un ascenseur avec des mosaïques au sol nous amène ensuite à l’étage. On découvre un énorme séjour avec des boiseries et des dorures. Petro agrémente la visite par ses commentaires concernant les différents objets et leurs valeurs. « Regardez ce piano à queue Steinway blanc avec la signature de John Lennon ; ce lustre aurait coûté 350 000 euros ; là nous avons un jux box au prix équivalent ». À l’étage supérieur, deux chambres à coucher, une chapelle avec des icônes, un bureau avec une collection de Chevtchenko, des toilettes : « Les WC en or ne sont qu’un mythe », coupe court Petro à la question d’un visiteur.

image5 image6 image7image10 image11 image12image14 image15 image16 image17

Enfin, Petro, ce gardien des lieux, n’a de cesse de parler du régime malade de sa corruption où le Président lui-même se fait avoir : « Les objets d’art, il n’y comprenait rien. D’autres faisaient du business sur son dos. On lui vendait de tout, même du toc. On a aussi appris que le transport de son linge depuis l’aéroport jusqu’ici lui coûtait 600 euros. Enfin, ça coûtait à lui ou à l’Etat et donc à nous-mêmes …».

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s